Pour une sexualité sans complexe Index du Forum

FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion


Ce matin ensoleillé

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Pour une sexualité sans complexe Index du Forum -> Coin détente -> Salon de lecture
Sujet précédent :: Sujet suivant
Auteur Message
Lsoireesdete

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2011
Messages: 10
Localisation: Montreal
Masculin

MessagePosté le: Sam 27 Aoû - 03:18 (2011) Sujet du message: Ce matin ensoleillé Répondre en citant

Chose promise, chose due (moa et maya, les autres j'espère que vous aimerez)


Ce matin du mois d'août était très ensoleillé et il faisait encore chaud.  La fenêtre ouverte  laissait entrer une faible brise qui apportait avec elle les odeurs des champs et le son des cigales qui s'affairaient déjà.   Les enfants normalement excités par ce soleil, brûlant d'envie de courir dehors et impatients de nous retrouver autour du petit déjeuner avaient exceptionnellement décidés de jouer silencieusement au sous-sol.   Je finissais mon café et je les écoutais créer un autre univers quand j'ai entendu en sourdine la tuyauterie de la maison me révéler l'entrée sous la douche de ma femme.   Prenant le soleil et le chant des oiseaux comme complices, je me suis alors échafaudé quelques intentions au dessein voluptueux...

Je montai à l'étage où déjà les discussions enfantines n'étaient plus que des murmures tandis que le ruissellement de l'eau de douche était plus franc.  Je pouvait même entendre les clapotis et les glissements de la peau de mon amante de derrière la porte.  C'était doux. Patiemment, je prétextai avoir quelques besognes à compléter dans la chambres et j’attendis sa sortie de la salle de bain.

Quand la porte s'ouvrit, elle était en sous-vêtments, sa chevelure était mouillée et il restait quelques gouttes d'eau dans le creux de son dos, juste au dessus des fesses.   Elle me regarda l'air un peu surprise de ma présence et de mon comportement incongru, occupé que j'étais à replacer le téléphone et mon vide-poche sur ma table de chevet.   Elle s'approcha de son armoire pour sélectionner les vêtements qui égaieraient sa journée en laissant traîner jusqu'à moi sa fraîche odeur de savon, de shampoing et de crème hydratante.  Ses sous-vêtements blancs découpaient parfaitement sa peau dorée qu'elle avait héritée de son séjour à la plage quelques jours plus tôt à l'exception de quelques bordures qui me laissaient deviner la blancheur immaculée de ce qui s'y trouvait dessous.

Accroupie devant l'armoire à sonder le fond de celle-ci, j’eus terriblement envie d'aller la rejoindre.  Elle ne m'entendit pas et je la surpris lorsque je posai mes mains sur ses hanches.  Elle fût surprise mais je sentis un très subtil frisson parcourir ses bras. Elle se leva, toujours en me faisant dos et je l’enlaçai alors en entourant un bras juste sous ses seins et l'autre autour de ses hanches.  Le nez dans ses cheveux mouillés, je pouvais respirer nettement l'odeur très féminine des crèmes et savons toujours coquettement choisis qui font d'elle une fleur dans ma vie. 

J'embrassai alors son cou délicieux tout en laissant vagabonder mes mains sur son corps des seins jusqu'aux cuisses.  Je pressais le mien contre son dos.  Elle se retourna pour me faire face et je l'embrassai.  D'abord doucement, une lèvre à la fois puis plus intensément en goûtant aux deux comme si elles étaient un fruit sucré et finalement en mariant nos  langues dans le secret de cette étreinte. 

Puis, je la vit regarder par dessus mon épaule et tendre l'oreille.  Les enfants s'amusaient toujours aussi naïvement et calmement.  Je n'avais pas cessé pas de la caresser et j'aventurais même de furtives caresses dessous sa culotte maintenant pour toucher ses fesses lisses comme de la pierre polie mais tendres à en frémir.   Rassurée par le silence des enfants et envahie par mes caresses, elle me jeta un regard rempli de mots doux. C'est alors que j'allai fermer la porte de la chambre à clé et alla la rejoindre près du lit, en face de la fenêtre qui déversait un torrent de lumière sur son corps. 

Je repris alors le tendre baiser que j'avais interrompu tout en pétrissant maintenant ses seins par dessus son  soutient-gorge.  Notre souffle battait soudainement la mesure du temps qui nous était disponible avant que les enfants nous interrompent.  Puis je passai de sa bouche à son cou en remontant vers ses oreilles que je bécotai doucement.  Je ne me souviens plus combien j'avais de mains et de bras qui s'affairaient à pétrir les muscles de son dos où à mouler sons corps tout entier au miens.   Puis, je suis aller embrasser ses épaules pour pouvoir être aux première loges du dévoilement de ses seins quand j'allais terminer de dégrafer sons soutient gorge.  Ce qui fût fait et qui la fit vaciller presque imperceptiblement quand elle se senti un peu plus nue et en proie à mon désir.  C'est dans un bonheur renouvelé que je plongeai mon visage dans sa poitrine.  J'embrassai et goûtai à chaque étendue de peau blanche et fraîche, celles plus courbes et pleines de chair, celle plus lisses et tendues par la gravité jusqu'à la peau rosée et joliment texturée de leur coiffe.  Bien sûr, mes mains participaient à ce festin goulu en tâtant et en réchauffant mes léchées.

Puis, je laissai au soleil le soin de réchauffer son corps du nombril au visage et m’accroupis pour jouir de la douceur de ses jambes.  Pendant que mes mains attrapèrent ses chevilles, mes joues caressèrent le flanc de ses cuisses de l'extérieur vers l'intérieur et de bas en haut et bien que je me sois rasé quelques heures auparavant, la douceur de sa peau délicate me semblait souffrir de la rugosité de mon visage d'homme.  C'est donc avec ma bouche une fois de plus que je poursuivi la prise de ce territoire quasi abandonné.   Et la proximité de sa culotte me permis de percevoir l'odeur de son désir poindre à travers les parfums de savons.   Quand à moi, le léger caleçon de nuit que j'avais nonchalamment gardé depuis mon réveil ne suffisait déjà plus à contenir mon désir.    Au terme de plusieurs caresses qui convergeaient lentement vers le bulbe chaud serti au creux de ses cuisses, je glissai un doigt sous sa culotte près de celui-ci.  Elle poussa un petit gémissement à demi étouffé et relâcha la tension dans ses jambes.  Elle s'assit sur le lit et de ma main sur son ventre lui demandai de s'allonger sur le dos.   Puis, mon pouce sous sa culotte commença à façonner son sexe alors que le reste de la main empoignait son aine.  Mon autre main cajolait une de ses jambes pendant que je la regardait s'abandonner à mes intentions et au soleil qui éclaboussait son corps tout entier sur le lit.  Puis, son sexe humide et mou éveilla d'avantage mon appétit et en quelques mouvement souples et vifs, je lui retirai sa culotte.  Elle me surpris à la sentir avant de la laisser tomber sur le plancher et ça la fit sourire.  Ses jambes maintenant ouvertes et le corps offert, je pouvais voir les traces que le soleil d'été avait épargnées et celles-ci me paraissaient de jolies invitations à la volupté.

C'est ainsi que je plongeai mon visage entre ses cuisses tandis que mes mains allèrent empoigner chacune un sein pour le pétrir.   Mon nez frôlant les lèvres de son sexe, ma bouche s'attardant coquinement aux cuisses, elle en frissonnait de d'envie.  C'est alors que j'entrepris de lécher doucement cette fleur du pédoncule au pistil.  Et tandis que je m'enivrait de la texture de sa chair, l'odeur que j'avais sentie dans sa culotte et qui peignait maintenant mon nez me gonflait d'ardeur.  Cette odeur de terre et de sphaigne, de désir et d'envie, de mystère et de plaisir, de vie et d'intimité me rendait fou à chaque fois.   Et je continuais à labourer la fente avec ma langue et savourer le pistil de mes lèvres.

Puis, j’eus envie de la revoir, d'aller me perdre dans ses yeux plein d'ivresse matinale. Ainsi, pendant que ma bouche s'asséchait doucement de l'humidité de son sexe en remontant sa peau que le soleil avait fait brûlante, je commençai à toucher son sexe du bout de mes doigts.   Et, tout en regardant sa poitrine ondulée sous l'effet du plaisir, je massais son sexe avec mes doigts qui glissaient le long des lèvres en décrivant des volutes tantôt longues vers le bas et tantôt courtes vers le haut.   Elle respirait fort dans mon cou et s'agrippait à mon dos jusqu'à ce que, dans l'eau de son désir, j'enfonce un puis deux doigts à l'intérieur d'elle tout doucement.  Ainsi mon annulaire et mon majeur goûtèrent les premiers à la chaleur dense de son corps qui semblait s'être toute concentrée à la jonction des cuisses.  Lentement d'abord, ma main allait et venait au rythme qu'il me semblait percevoir des mouvements de son corps afin de satisfaire son envie brûlante.  Mon poignet lui massait tout le haut de son sexe en cadence avec l'entrée et la sortie de mes doigts.  Elle tressaillait parfois et se cabrait pour guider ma main vers son plaisir.  On entendait le glissement des doigts dans le nectar de son excitation ainsi que mon souffle s'accorder à ses soupirs.   Et en sentant le désir enfler encore, j’eus envie de l'embrasser passionnément en buvant ses gémissements.  Chaque moment passé à caresser son sexe écartait ses jambes comme s'il m'était impossible d'étancher la soif qui l'habitait.  J'ai alors approché ma bouche de son oreille et lui ai chuchoté les mots qui la font rire.  Elle rit et les soubresauts de sont bas ventre firent valser les doigts qui étaient en elles en la comblant de plaisir.
 
Puis, vint un moment où nous étions l'un sur l'autre, ma bouche sur la sienne, mes doigts imbibés d'elle et mon sexe ardent allongé et dur sur sa jambe. C'est alors qu'elle le saisie dans sa main en le massant fermement de haut en bas tout en s'abandonnant encore à mes caresses et mes baisers.  Puis, elle jeta un oeuil sur la porte, une oreille vers le sous-sol pour finalement me lancer ce regard avide et empressé que je compris dans le plus grand plaisir. 
 
Je quittai donc son sexe de ma main qui l'avait laissé délicieusement ouvert, ardent, mouillé, frémissant et tendre.  Je saisi ses jambes et caressa doucement son sexe avec le miens avant de l'enfoncer dans un soupir partager et en roulant les yeux dans nos paupières.  L’excitation nous avait tous deux conquise et le rythme des va-et-vient était plus rapide mais meilleur que d'ordinaire.  Il me semblais avoir l'angle de son plaisir et je percevais sur mon sexe les remous du siens à chaque passages.  C'était bon et chaud, c'était intense et libérateur, charnel et voluptueux.  Je voyais ses seins libres et lumineux balloter joyeusement au rythme de mes déhanchements.  Je la voyais les yeux fermés, bouche ouverte et haletante avec ses mains qui cherchaient du muscle à agripper.  La cadence s'emballa soudain et nous avions du mal à taire nos gémissements qui masquaient maintenant complètement les paroles des enfants au sous-sol qui s'agitaient pourtant de plus en plus.  
 
Et puis, elle ne pu s'empêcher de pousser un cris puis deux et de se prendre les chevilles en m'enjoingnant d'y aller plus profondément.  Ce que je fit à mon plus intense ravissement en fondant mon corps sur le sien et en baignant mes lèvres dans l'eau de sa bouche.  Je pénétrais son corps avec tellement d'ardeur que mon sexe sortait et entrait complètement du sien à chaque lancés,  ce qui me faisait frissoner autant qu'elle.  On entendait nos corps claquer et nos respirations s'emballées: "clac, clac, clac,..." Les odeurs de savons laissaient place aux vapeurs humides de nos haleines sexuelles qui se mêlaient à la brise du matin. Je parcourais ainsi de ma verge tout le chemin de son antre ruisselante et me rapprochais de l'extase.  
 
Enfin, je senti ce grand frisson parcourir mon corps en d'intense contractions.  Du bout des orteils aux bout des cheveux je fut secoué d'un spasme incontrôlable mais oh combien délectable et j'eus l'impression de déverser un puissant flot de bonheur par mon sexe.  
 
Dans cet ultime élan et malgré l'extraordinaire engagement sensoriel que m'avait requis ce spasme, j'avais conservé le cadence effrénée où nos ébats nous avaient menés.  Par  un heureux hasard, elle en était aussi au même point.  Ainsi, peut après moi, elle tressailli et se cambra en s'accrochant à mon corps déjà béat.  Elle expira malgré elle quelques cris tremblants "aahh, aargh, HAA,...!" alors que ce plaisir brut lui traversait le ventre en nous mouillant les jambes et le draps. 

...

Alors, mon dos sous le feux du soleil de la fenêtre fût le premier de mes membres à se relâcher, puis mes jambes et mes bras suivirent.  Elle, avec mon sexe encore chaud dans le siens, ondulait toujours son bassin mais la raideur de ses bras muait en d'affectueuses et souples caresses. 

C'est alors qu'on entendit vrombir la petit horde d'enfants montant les escaliers en criant: "maman !... papa !... où ètes-vous ?...."


Visiter le site web du posteur
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Sam 27 Aoû - 03:18 (2011) Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
mayabizz

Hors ligne

Inscrit le: 01 Juil 2011
Messages: 73
Localisation: marseille
Féminin

MessagePosté le: Dim 28 Aoû - 21:13 (2011) Sujet du message: Ce matin ensoleillé Répondre en citant

bonsoir ,

excelent bravo j'ai adorée !!!!! hummm me langui ke mon homme rentre ! lol ton écriture est douce et intense en mm temps c un pur bonheur...MERCI monsieur je n'ai qu'un mot : Encore !!!!! moa va adoré c sur !!!

bizz bizz trés humide
maya


Revenir en haut
Lsoireesdete

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2011
Messages: 10
Localisation: Montreal
Masculin

MessagePosté le: Lun 29 Aoû - 23:53 (2011) Sujet du message: merci maya Répondre en citant

Merci fidèle maya,

c'est un honneur de t'avoir fait vibrée et merci chaleureusement des commentaires.  J'espère que ton homme a été à la hauteur de tes envies et qu'il t'a amenée là où tu voulais.


à bientôt, je t'embrasse là où tu veux...

L.


Visiter le site web du posteur
Revenir en haut
moa

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2009
Messages: 880
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 30 Aoû - 02:48 (2011) Sujet du message: Ce matin ensoleillé Répondre en citant

kikou maya...
bonjour l'ami soiréesdété.
en effet très sensuel cette lecture.
très belle image du vos ébats.
j'aime cette délicatesses des gestes.
c'est court moment de réalité fessant place à de longues déscriptions.
merci de ce texte.
n'hésite pas à nous en offrir de nouveaux. 
amitié...


Visiter le site web du posteurICQ MSN
Revenir en haut
mayabizz

Hors ligne

Inscrit le: 01 Juil 2011
Messages: 73
Localisation: marseille
Féminin

MessagePosté le: Mar 30 Aoû - 20:06 (2011) Sujet du message: Ce matin ensoleillé Répondre en citant

bonsoir les garcons !!

oui effectivement Lsoiree aprés avoir lu ton récit j'ai envoyé un texto à mon homme pour kil se dépéche de rentrer..sa réponse à été " commence ss moi tu adore ca..." kan il m'a enfin rejoint j'été dans mon bain avc ma fidéle amie la pomme de douche hummm !! je l'aime trop celle là..les images de ton recit toubillonaient dans ma téte et mon clitoris avait déjà explosé de bonheur 2 fois...mon homme se mis nu en un éclair et m'a rejoint..la soirée fu trés animée..Merci encore et encore..

bizz bizz tout doux les garcons
maya


Revenir en haut
Kazuya

Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2011
Messages: 37
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: Mer 14 Sep - 21:41 (2011) Sujet du message: Ce matin ensoleillé Répondre en citant

Merci Lsoireedete

Ton récit est juste hyper captivant !!

J'avais envie que d'une chose Faire l'amour ...


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:54 (2016) Sujet du message: Ce matin ensoleillé

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Pour une sexualité sans complexe Index du Forum -> Coin détente -> Salon de lecture Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1


Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
© 2007-2011 Virtu@lShop - RCS MONTPELLIER 489 548 685 - Tous droits réservés
Powered by phpBB
Template eRed by Curucu


 
Site partenaire :