Pour une sexualité sans complexe Index du Forum

FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion


Nuits Africaines...

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Pour une sexualité sans complexe Index du Forum -> Coin détente -> Salon de lecture
Sujet précédent :: Sujet suivant
Auteur Message
moa

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2009
Messages: 880
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 26 Sep - 02:07 (2011) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

bonsoir à tous.
me revoici avec une nouvelle histoire de pur fiction.
oui, voici ci-dessous la 1er partie d'une histoire qui tente de se passer en Afrique.
histoire mêlé de se que la vie est dans le réel, rêve, amour, sexe.
et aussi romantisme.
je dédie cette histoire à quelqu'un que j'apprécie et qui se reconnaîtras peut-être, j'espère.
je publie donc cette 1er partie une seconde et troisième suivrons peut-être, voilà.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&


J'habite une grande ville d'Afrique au bord de la mer.

Je suis un homme célibataire je m'appelle Tidiane Leblanc.

Je suis un homme qui vie d'aventure en aventure s'en réels attaches, s'en "Lendemain" comme l'ont dit.

J'ai un bon travail, une belle maison, en face de chez moi lorsque j'ouvre els volet de mes fenêtres de salon j'ai une vue direct sur un beau parc fleuri.

Palmiers, fleurs exotiques, pelouse enfin ce qui fait un jardin public voilà.

Tous les jours en sortent du travaille je le traverse et par jour de beau temps je m'assois sur ce banc la près de se palmier.

Je mis assois et y lis le quotidien de la ville.

Cela me détend, me vide la tête.

L'air frais, les odeurs mêlées m'enivrent.

J'aime le bruit de la rue cela me fait sentir encore plus citoyen du monde.

J'ai remarqué un bien joli femme qui s'assoit quelques bancs plus loin.

Depuis près d'une semaine je la vois, la, seule, méditative, parfois l'air triste.

Une fois donc j'ai changé mes habitudes, car pour moi rien n'est immuable tout bouge, je vais vers elle l'air de rien mon journal plié d'une main ma veste posée sur mon épaule de l'autre.

Je prends aussi je l'avoue mon courage à deux mains pour tenter d'aborder cette femme qui veux peut-être être là tranquille.

Vue d’où elle est et/ou va son regard elle ne peut voir que mes chaussures cirées noires.

Elle voit mes chaussures le bas de mon pantalon.

--- puis-je m'assoir svp ?

--- oui bien sûr.

Me répondit-elle en rapprochant son sac plus près d'elle.

Je suis à la fois bavard et curieux alors je parle de la pluie du beau temps de ceci cela et en fait nous nous liions de sympathie.

Après quelques mois je l'invite chez moi.

Nous hument alors à peine le temps de nous lever du banc qu'une pluie incessante et drue nous surpris.

Je lui posai mon journal du jour sur la tête et la recouvrit de ma veste.

Nous courions alors jusqu'à la porte de mon appartement.

Une porte, un couloir, deux étages et nous voilà chez moi.

Mur blanc meuble chocolat canapé vert, etc.

Je lui sers un verre en lui indiquant de la voie.

--- La salle de bain et au fond du couloir.

Elle en ressort les cheveux enveloppés dans une serviette.

--- J’ai fait comme chez moi pardonne-moi.

--- Tu es chez toi Myfa.

Nous conversons, la pluie cesse de tomber aussi vite que quand elle a commencé.

Elle s'approche de moi. Défais un à un les boutons de ma chemise blanche.

Elle l'ouvre entière et m'en fait glissée les manches et la laisse tombés au sol.

Je lui baisse alors les bretelles de sa fine robe lilas, ce qui lui fait tomber sur la taille.

Ce geste me dévoile aux yeux une jolie poitrine ferme dresser et pleine d'envie.

Elle me regarde fixement comme effronté.

Elle ouvre la boucle de mon ceinturon largement.

Un à un-elle défait les boutons de ma braguette et passe s'est deux mains de chaque cotée et me le fait glissé aux chevilles.

À mon tour et plus qu'effrontément je la fixe aux plus profonds yeux en lui ouvrant l'appétit de la suite de notre jeu.

Sa robe fine de soi lilas ne résiste pas à mes doux gestes et elle aussi se retrouve habillée sur s'est chevilles.

Elle en mini shorty rose dentelle, moi boxer gris.

Elle s'approche alors de moi se met sur la pointe des pieds et viens posés un fin baiser sur la commissure de mes lèvres.

C'est mains plaquées à plat sur mon torse, elle les laisse papillonner.

Je sen s'est doux doigts fins glisser sur ma peau, je l'ai s'en se faufiler entre mes poils.

Mes mains à mon tour osent se poser sur s'est deux merveilleux fruits défendus.

Je les passe d'abords sur le dessous, je remonte comme si je voulais les enveloppés puis mes mains, mais paume se plaque sur leurs centres, elle sursaute légèrement.

Je sen le grain de s'est tétons, je vois la douceur de s'est aréoles ma peau se fait gant de velours.

Je lui baisse alors délicatement son mini shorty elle et enfin nue.

À son tour maladroitement elle fait descendre mon boxer, mais il croche sur quelque chose.

Elle pose alors sa main droite comme d'une coquille sur mon sexe.

Elle alors s'en mon envie d'elle monter à l'extrême.

Elle tire un peu le boxer pour enfin libérer cet engin trop longtemps contenu.

Elle aperçoit alors mon sexe telle une branche d'arbre tendu.

Je lui passe délicatement mes deux mains sous chacune de s'est divines fesses.

Je la soulève alors et elle place alors s'est jambes de chaque cotée de mes reins et accroche s'est bras lascivement autour de mon cou.

Elle son mon sexe qui frotte entre nos deux ventres.je glisse mon sexe sous elle et là, il et à l'équerre et glisse sur toute la longueur de s'est lèvres vaginales.

Cet acte a pour effet de m’huiler le pénis tellement elle semble excitée.

Je s'en une douce caresse s'est un vent léger qui joue s'insinue, comme enveloppent nos corps érectiles enchevêtrer l'un dans l'autre.

Oui, ce vent se faufile au travers des rideaux pendus à la fenêtre du salon grande ouverte.

Elle gémit, ne tiens plus.

Elle enserre fortement ce membre de chair tendue oui, elle se le glisse là dans l'antre même, l'antre secret de la naissance du monde.

Elle fait de légères contractions avec son vagin.

Alors, je décide de la faire sautillé sur mon pieu de feu, fermant les yeux, elle va et viens.

Elle ondule légère qu'elle est.

Je marche difficilement jusqu'à mon lit.

Vous savez comme quand les enfants montent sur les bouts de vos chaussures et vous disent en riant un "Aller papa s.t.p. emmène-moi jusqu'à ma chambre".

Je suis là debout devant mon lit les bras enveloppent ma gazelle indomptable.

Ce même lit qui va, devenir le théâtre d'une nuit fleuve.

Je la dépose avec préciosité sur le lit.

Je pose mes poings sur le lit et va et viens en elle avec tant d'amour mon Dieu.

Nos regards se croisent, je vois temps de choses en elle.

Nos regards se ferment avec force tant le plaisir qui et en nous deviens nous.

Nous soufflons, gémissons.

Nous fessons l'amour si fort que la nuit y aura suffi.

Petit déjeuner vers les 9h00 du matin.

voilà, j'espère vous avoir plus, fait voyagé et donner envie de faire l'am...............
amitié...


Visiter le site web du posteurICQ MSN
Revenir en haut
Publicité





MessagePosté le: Lun 26 Sep - 02:07 (2011) Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
kya1

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2011
Messages: 9

MessagePosté le: Lun 26 Sep - 14:38 (2011) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

salut moa

c'est merveilleux tu réussis tjrs à nous emporter

Moi personnellement je me plonge dans tes ecrits et me confond inconsciemment à ton personnage, et cela depuis tes premieres publications que j'ai decouvert

il y a peu, je veux nommer "balade d'été à deux, nuit indiennes...."

Jem tes textes et te demande et t encourage de nous en donner encore et encore

mouahhhh!!!

a bientot


Revenir en haut
moa

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2009
Messages: 880
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 15 Oct - 01:24 (2011) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

bonsoir Kya.
bonsoir les amis.
j'écris une petite suite et fin en rapport avec cette "Nuit Africaine".
(je l'écris finalise et la publie dès qu'elle et prête).
désormais, je vais laisser cette sorte de petite nouvelle faire sa vie sur le forum.
merci à vous tous de l'avoir lue, suivie, d'en avoir était touchée par sa lecture.
sincère amitié à tous mes amis... 


Visiter le site web du posteurICQ MSN
Revenir en haut
moa

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2009
Messages: 880
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 15 Oct - 03:05 (2011) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

Bonsoir, voilà comme promis la seconde est dernière partie de cette "Nuit Africaine" :

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Vendredi soir 17 h je suis dans la voiture une BMW 4x4 blanc.

Je descends portes et places s'est deux valisettes dans le coffre au cotée des miennes.

Je tends le bras haut et laisse tombée la porte du coffre "Chlak" qu'elle fait.

Nous montons chacun a sa place elle passager moi conducteur.

Nous nous embrassons fougueusement et longuement.

--- Tu connais le désert ? Les camps Touaregs ?

Elle dit non de la tête s'est lunettes "YSL" sur le nez

Les pieds posés sur le rebord intérieur de la voiture.

Les vitres sont fermées, car la clim et lancé.

Elle pose sa main sur la mienne posée elle-même sur le levier de vitesse.

Elle pose sa tête comme elle peut sur mon épaule.

Elle dort.

Je conduis fixement la route.

À un moment, on sort de la route pour prendre une piste de terre battue et de sable mêlé.

On roule ainsi près de trois heures.

Le vent se lève.

Nous arrivons au campement de mon, ami Soulimane.

Il est là debout, fessant face à mon 4x4.

Je ne l'avais pas vue il a surgi d'un coup.  

Des mômes tournent autour de la voiture sans se douter que ce n'est pas de simples touristes, mais moi et ma belle Africaine.

Nous rejoignons Souli sous sa tente.

Sa femme et justement en train de préparer le thé à la menthe.

Il nous souhaite la bienvenue nous échangeons quelques propos, nous rigolons.

Une partie de l'après-midi se déroule ainsi.

Vers 16h je la prends par la main et l'emmène là-bas un peu à l'écart.

Nous marchons en sandalette, car nous-somme pas à l'abries de voir quelques scorpions et autre serpent de sable.

S'est cheveux épousent le vent.

Son corps appelle l'amour du vent et du soleil.

Je me pose derrière elle les mains directement posées sur s'est hanches.

Je laisse délicatement tombée, glisser ma tête vers son coup comme si elle m'aimanté.

Mes lèvres brulantes viennent s'écraser sur sa nuque.

Quelques brins fins de cheveux se mêlent à ma langue, à mes lèvres.

Mes mains remontent des hanches à son ventre à ses seins.

Elle ferme les yeux laisse le silence le chant du vent la bercé.

Mon envie d'elle monte au même rythme que mes mains qui la caressent.

Je passe sous son fin chemisier lilas.

Son grain de peau se confond avec les grains de sable que nous avons foulés.

Mon sexe et dardée comme une branche de bois d'ébène.

Je ne peux plus me contenir elle le sent, penche alors sa tête à la renverse et m'offre alors sa bouche entrouverte en écrasent le bas de son dos sur mon pieu en feu.

Nous sommes à l'écart des regards indiscrets.

Je lui enlève alors ce chemisier qui lui enserre les seins déjà dardés.

Je lui déboutonne le short vert lui fait glisser d'une hanche l'autre il glisse au sol s'en problème.

Elle et la de dos, m'offrant, se fessiez si convoité elle porte un délicat mini shorty rose à dentelles laissent voir s'est deux sublimes masses de chairs délicates.

Je m'agenouille pour les lui embrasser, les lui malaxés, je la dévore goulûment.

Mains s'attardent entre s'est douces cuisses je sens des frissons montés en elle.

Car quelques légers cris sourds s'échappent de sa bouche à demi close.

Elle a les yeux fermés.

Je la fais se tourner pour me faire face.

Ma langue et ce fer de lance que l'on rougit comme pour qu'il soit des plus aiguisés.

Ma langue alors s'attarde sur le haut de ses cuisses je les survole volontairement en de légers pious, de légers glissements de langue de l'une à l'autre.

Je parcours fébrilement son mont de vénus sublime comme j'use parcourus cette dune qui nous fais face.

Je suis le chemin, la trace, la piste de se fin filé de poils pubiens qui me mène dans l'antre bouillonnent de son intimité la plus secrète.

Elle écarte instinctivement les cuisses, je me glisse alors entre celles-ci.

Je suis Moïse dans le désert de Gobie sans une goutte d'eau.

Elle et là à demi ouverte aux dessus de moi, et je viens lapée tel l'animal solitaire que je deviens en soif d'amour.

Elle a des jambes longues et interminables, ma langue, mes lèvres enfin se collent sur son antre humide devenant ruisselant sous mes coups de langue précis, délicat et rythmé.

Elle vacillé tel un roseau, mais ne plie pas du moins pas pour le moment.

Je sens s'est deux mains enserrées ma tête se crisper à ma chevelure.

Je la bois, je la vide, je me rassasie.

Elle et alors digne d'une fontaine coulent à flot là au cœur de se déserts.

Je la fais pliée, oui, je la fais s'agenouiller alors, comme aimanté elle défait un à un les gros boutons de mon pantalon en lin.

Elle le baisse jusqu'à mes genoux puis me le fait enlever entièrement sans quitter mon regard d'une seconde.

Mon sexe est enfin sorti de ce fourreau qui le compresser tant.

S'est seins sont-la à l'air libre, enfin est-je envie de dire, de m'exclamé.

Oui, je vois, sens, ressens même s'est tétons durcis à l'extrême point vers je ne sais quel horizon, mais s'en doute un horizon de jouissance à venir.

Je la fais soudain se mettre à quatre pattes.

Elle ne discute pas, elle, se soumet sais ce qui va désormais lui arrivé.

Je vais la couvrir comme le plus basic des animaux.

Nous ne sommes plus ni homme ni femme, nous ne sommes plus que lion est lionne.

Je lui mordille les fesses, les gras de ses épaules.

Mon sexe toujours dardé et en feu la frôle, un coup la cuisse gauche, un coup la fesse, un coup une hanche ce qui a pour simple effet de lui soutirent de petit feulement de chatte en chaleur.

J'humidifie largement l'intérieur de ma main que je viens plaquer la sur toute la longueur de sa fente qui s'entrouvre seule.

Elle salive grassement dans le creux de sa main et cherche puis trouve mon gland quelle badigeonne de sa salive fessant des cercles délicat lancinant sur mon gland à vif qui soubresaute au creux de sa paume.

Mon sexe se darde par accours.

Je vois sa fente humide perler de mouille blanchâtre si délicate.

Je pose alors mon gland à la base de sa fente et le remonte en de fin et survolent vas et viens.

Elle joue des reins comme si elle voulait de suite que je l'enfourche.

Je cale mon pénis entre sa raie des fesses puis me couche sur elle, je la couvre est j'aime ça.

Je lui susurre à l'oreille des "Je t'aime bb", des "je te veux là maintenant".

Mes mains devenues lourdes d'envie se font légèrement brutal, enserrent alors ses seins les pressent, les pesants, pince entre majeurs et indexe ses tétons je les lui tire vers l'extérieur.

Je lui mordille le lobe de l'oreille droite, elle crie un léger "Aïe".

Mon pénis ne me répond plus.

Il est là comme hors de moi.

Il s'est quasiment placé toute seule à l'entrée de se vagin grotte d’où coule l'or pur.

Mon sexe et là près à enfournée mon glaive plein de sève bouillonnante ne demande qu'à jaillir.

Elle donne un léger coup de reins sec et me voilà qui entre en elle.

Ce fait nous fait pousser deux Cries primales.

J'entre ainsi en elle centimètre par centimètre je glisse je suis happée pas cette fente dévoreuse je m'enfonce à n'en plus voir que la base de mes poils pubiens.

Foutre dieu comment elle m'a avalé direct en entier.

Je la s'en serré.

Oui, comme elle peut-être étroite ma tigresse, ma belle Africaine, ma lionne.

Oui, elle serre ma queue et m’est vas et viens alors n'en sont que plus délicieux.

Le vent qui nous parcourt nous aide dans nos ondulations.

Nous ne sommes plus deux simples corps physique, humain, non, nous sommes animales.

Mes mains alors l'agrippent, je suis là glissent en elle est je la sens mouillé de plus en plus.

Hummmm.

Ohhhh.

Humm, bb oui, oui…

J'entends des bruits primaires comme des clapotis, des "Flocs, floc, floc".

Elle dodeline de la tête se déhanche avec force s'empalent s'en demander son reste sur ma queue la loin en elle profondément ancrées.  

Nos spasmes se font plus fort nos envies de hurler cognent contre nos dents, mais ne sortent pas.

Elle sent ma verge se tendre près à jouir.

Je la sens serré comme jamais j'ai pu sentir une femme serrée mon pénis de la sorte.

Elle fait alors les vas et viens ancestraux, elle accélère la cadence.

Han, han, han.

Hummm.

Oh, oh, oh, nonnn.

Encore quelques vas et viens et je me défaits d'elle.

Le temps de m'approcher de son visage elle me presse les testicules et me voilà lui lâchant comme hors de moi tous mon soul de foutre.

Oui, ça lui gicle sur le visage, les épaules, les seins.

Je gicle mon dieu, comme cela et bon, oh mon dieu, oui, oui, ouiiiiii.

Tout mon sperme bouillonne en de longs jets ininterrompus.

Mon sexe luis sous le soleil tant elle me la tremper de sa merveilleuse mouille.

Quelques filées de sperme sorte encore de mon pénis qu'elle vient alors déposer sur la pointe de sa langue en la fessant tournoyez sur la couronne de mon sexe je me retire, car la jouissance d'alors laisserait place à la légère douleur d'après "Coïtas humanum est".

Nous nous allongeons de tous nos longs, de tous nos corps l'un sur l'autre.

Elle sur moi et nous nous remettons essoufflez tel un poisson échouer sur le bord des rives du lac.

Oui, nous nous remettons de ce moment d'intense amour donné en communion avec les éléments de notre belle terre d'Afrique.

Le soleil se couche sur la dune, le soir tombe sur le campement de mon ami Souli.

Nous somnolons et ainsi la nuit sera porteuse d'autres moments forts tels les accords s'égrènent sur les balafons qui ouvrent la nuit de leurs sont dansent….


voilà merci d'avoir tout lue (lol) amité à tous...


Visiter le site web du posteurICQ MSN
Revenir en haut
adele

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2011
Messages: 54
Localisation: sud
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Oct - 13:44 (2011) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

Wooow j'avoue que tu écris toujours aussi bien!!


Je préfère la première partie pour l'histoire lol mais la deuxième est aussi très bien écrite!!!!!


Vraiment bravo 


Revenir en haut
Kazuya

Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2011
Messages: 37
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: Jeu 20 Oct - 18:05 (2011) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

Arrete de nous faire baver, ca devrais etre interdit ca ...

Revenir en haut
moa

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2009
Messages: 880
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 20 Oct - 19:27 (2011) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

MDR, merci à vous...

Visiter le site web du posteurICQ MSN
Revenir en haut
kya1

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2011
Messages: 9

MessagePosté le: Jeu 3 Nov - 22:58 (2011) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

trés belle histoire d'amour

félicitations et merci


Revenir en haut
moa

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2009
Messages: 880
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 3 Nov - 23:55 (2011) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

Pas de merci (lol).
si cette histoire vous à fait voyagé, vous à fait sentir le grain du sable crissé entres les dents, vous poncer légèrement le corps etc., s'était mon seul et unique but...

(en projet pour finir ma promesse je vous écrirais une histoire qui se passe à dans une fumerie d'opium dans le Macao des années 1920).

merci encore à vous tous...


Visiter le site web du posteurICQ MSN
Revenir en haut
garcon51

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2011
Messages: 13
Localisation: chalons en champagne
Masculin

MessagePosté le: Mar 10 Jan - 10:17 (2012) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

Non seuleùent c'est très belle histoire d'amour en plus c'est très bien écrit ce qui nous donne envie de vouloir s'identifier au personnge parfois.

Dernière édition par garcon51 le Mer 18 Jan - 14:20 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
moa

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2009
Messages: 880
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 10 Jan - 19:33 (2012) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

merci à toi garçon51.
et bienvenue à toi sur ce forum assez convivial et amicale.
j'ai lues tes réponses qui sont clair et pour le moment jamais hors sujet merci de tes participations...
amitié...


Visiter le site web du posteurICQ MSN
Revenir en haut
Adeline12

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2014
Messages: 8
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: Lun 27 Jan - 10:49 (2014) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

oh oui, elle est magnifique ton histoire ! Je suis carrément "Inlove" Razz

Revenir en haut
moa

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2009
Messages: 880
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 00:12 (2014) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

Merci à toi de les avoirs lue.
Tu peut aller lire dédiée à mes "Nuits Indiennes" ?
à très vite pour avoir tes avis...


Visiter le site web du posteurICQ MSN
Revenir en haut
Adeline12

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2014
Messages: 8
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 12:33 (2014) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

J'y vais de ce pas !

Revenir en haut
labutineuse

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mar 2015
Messages: 4
Féminin

MessagePosté le: Jeu 2 Avr - 15:40 (2015) Sujet du message: Nuits Africaines... Répondre en citant

Je plussoie, tes histoires sont magiques Smile

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé





MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:52 (2016) Sujet du message: Nuits Africaines...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Pour une sexualité sans complexe Index du Forum -> Coin détente -> Salon de lecture Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1


Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
© 2007-2011 Virtu@lShop - RCS MONTPELLIER 489 548 685 - Tous droits réservés
Powered by phpBB
Template eRed by Curucu


 
Site partenaire :